ETUDIER AU ROYAUME UNI

ORGANISATION DU SYSTEME EDUCATIF BRITANNIQUE  ru

Le système britannique est organisé selon le système LMD (licence/master/doctorat) de l’Union Européenne. Il est compatible avec le système européen des crédits d’étude (ECTS: European Credit Transfert System) sauf qu’il s’appelle CATS au Royaume Uni. Deux unités CATS équivalent à une unité ECTS.

 Il  peut être représenté sur deux niveaux : le niveau undergraduate, c’est à dire avant le premier diplôme universitaire et donc la première porte de sortie et le niveau postgraduate qui correspond à la poursuite d’études après l’acquisition du premier grade universitaire.

  •  Au niveau Undergraduatele principal diplôme proposé est le Bachelor : c’est un diplôme de niveau bac + 3 , équivalent à la Licence française. Il offre 180 crédits ECTS afin de rentrer dans le schéma LMD. Tout comme la Licence, il propose un enseignement assez général selon l’orientation de l’étudiant. À plein temps, il nécessite en général trois ans à finaliser (attention : quatre ans en Ecosse et quatre dans le cas où vous rajoutez une année professionnelle ou une année d’études à l’étranger)

En moyenne, un étudiant dispose de 4 matières par semestre qui donnent lieu chacune à 2h à 4h de cours par semaine. Le travail personnel consiste essentiellement à la préparation des tutoriels ainsi que la lecture de livres prescrits par les enseignants de chaque matière. Les spécialités sont nombreuses et permettent à chaque étudiant de trouver sa voie. Il existe différents titres de diplômes, comme le Bachelor of Arts (BA), le Bachelor of Science (BSc), le Bachelor of Arts and Sciences ( Basc) , le Bachelor of Education (BEd) et le Bachelor of Engineering (BEng).

  • Au niveau Postgraduate (deuxième et troisième cycles), les principales qualifications proposées sont :

Master :Master of Science, of Arts,  Master of Business Administration (MBA)….Un master vous donne l’opportunité en 2 ans d’approfondir votre connaissance d’une discipline en particulier ou d’aller dans une direction radicalement différente en vous appuyant sur les compétences acquises depuis vos études de premier cycle.

Doctorat : Un doctorat (PhD/DPhil) correspond au niveau académique le plus élevé qu’un étudiant puisse atteindre.  Il se prépare en 2 ans après un Master déjà effectué en 2 ans. Il prépare l’étudiant à devenir enseignant chercheur, et lui fait réaliser une thèse sur deux ans. A l’issue de ce diplôme, l’étudiant est apte à enseigner. Ces diplômes sont très exigeants.

 La plupart des cursus d’études supérieures se présentent sous forme « modulaire », ce qui signifie que vous pouvez élaborer un cursus personnalisé en choisissant des modules ou unités de disciplines variées. Par exemple, si vous étudiez la littérature anglaise, vous pouvez choisir la première année un module sur la science-fiction, un sur la littérature jeunesse et un autre sur les nouvelles.

Si plusieurs disciplines vous intéressent, vous pouvez les combiner dans le cadre de votre cursus, par exemple littérature anglaise et psychologie. Vous pouvez souvent décider par vous-même du temps consacré à chaque discipline. Ainsi « Joint » signifie que les deux disciplines sont étudiées à parts égales (50/50), « major/minor » signifie en général que la répartition du temps se fait selon le principe du 75/25.

  • Modalités d’inscriptions :

Les inscriptions au sein des universités en Grande Bretagne sont aujourd’hui facilitées par le système UCAS (équivalent du logiciel APB français) qui vous permet de vous inscrire en ligne pour une formation de niveau Undergraduate (Bachelor). Attention, seulement 5 universités et formations peuvent être choisies ! Au final il vous faudra sélectionner 2 choix parmi les réponses positives reçues. Généralement, la validation de l’inscription se fait sous réserve d’obtenir certaines notes minimum dans une matière ainsi qu’une moyenne générale minimale au baccalauréat : une mention bien et une note de 16 en math par exemple.

  •  Expérience professionnelle

Le cursus ne comporte pas de stage obligatoire mais certains cursus intègrent une année dans le monde du travail. Cette expérience se déroule en général la troisième année d’un cursus et, en fonction de l’employeur, peut correspondre à un emploi payé à plein temps. L’objectif de cette démarche est de vous familiariser avec le monde du travail. Il y a aussi la possibilité dans certains cursus sur 4 ans  de faire la troisième année à l’étranger.

LES FRAIS DE SCOLARITE

- En Ecosse les universités sont gratuites.

- Au Pays de Galles les frais de scolarité sont aux alentours de 3000£/an.

- En Angleterre  les frais de scolarité sont différents suivant la nationalité :

Pour les Britanniques et les résidents européens, ils sont d’environ 9250£ annuels. Cela peut être beaucoup plus pour certaines universités très huppées. Les universités se sont généralement engagées à conserver ces prix pour la rentrée de septembre 2017 et pour les étudiants européens déjà inscrits. Ensuite, ils pourraient évoluer en fonction des négociations sur le Brexit.

Un résident européen est une personne qui a son domicile en Europe (hors Grande Bretagne) depuis plus de 3 ans quelle que soit sa nationalité européenne. Les Britanniques résidant en France sont considérés actuellement comme des Européens. Cela doit bien sûr être confirmé formellement par l’université. Les négociations du Brexit pourraient modifier ce statut.

Il est intéressant de savoir que pour les prépas artistiques (foundation year in art and design), si votre enfant a moins de 19 ans à la rentrée, l’année est gratuite, sans frais de scolarité. C’est une spécificité de ce domaine.

Pour les étudiants du  reste du monde (international students), les frais de scolarité sont au moins le double.

LES ETUDES ET LES MOYENS PEDAGOGIQUES 

 Les promotions sont généralement de 100 à 150 étudiants, comme dans les universités ou écoles françaises.

Les cours sont très peu nombreux, de l’ordre de 8 à 12 heures par semaine avec généralement 3 à 4 matières maximum (Chimie et Biologie par exemple). Les étudiants se spécialisent dès la première année mais le système permet de changer de voie. Néanmoins, il conviendra de refaire la première année.

De très nombreux travaux personnels sont indispensables. Pour ce faire, les équipements pédagogiques sont de très bonne qualité : la bibliothèque est généralement ouverte H24 et les laboratoires sont très bien équipés.

Il convient d’être autonome et de savoir s’organiser dans son travail. Etant donné que les jeunes sont généralement en résidence étudiante la première année, il est assez facile de travailler à plusieurs.

Le planning semestriel des devoirs à rendre pour valider les crédits CATS est connu dès l’inscription. Il est impératif de s’y conformer. Il est géré informatiquement et note ainsi tous les retards en affectant des pénalités directement aux étudiants.

Selon le cursus choisi, les moyens de valider les crédits peuvent être très différents : partiels « à la française » en fin de trimestre, création d’un blog, expression orale, essais à rendre…

LOGEMENT

 Les deux principaux moyens de logement sont la chambre en résidence universitaire et la colocation.

En général, en première année, l’université garantit une chambre en résidence pour les étudiants européens. Dès la seconde année, l’étudiant se loge par ses propres moyens, souvent en colocation, système très développé au Royaume Uni.

Pour les résidences universitaires on émet des choix : près ou loin, en chambre à deux ou tout seul, avec douche ou avec lavabo, le nombre de semaine de location (en fonction du cursus qu’on a choisi), avec les repas (catered) ou sans les repas (self catered).

Le logiciel spécialisé fait ensuite les calculs et propose une ou plusieurs places. On peut ensuite changer mais cela reste assez difficile.

 Quelques idées de prix :

145 £/semaine/étudiant pour une chambre étudiante de deux à Londres avec une cuisine commune avec un confort moindre que dans une résidence universitaire française,

100£/semaine pour une chambre avec cuisine et salle de bain commune en self catered hors Londres 145£/semaine pour une chambre avec lavabo et repas (catered) hors Londres.

BUDGET

 D’une manière générale, il faut compter environ un coût total de 20000€/an pour une université hors de Londres et 25000€/an pour une université londonienne.

Le prêt étudiant est très facile à obtenir et à financer. L’étudiant ne rembourse qu’à partir du moment où il gagne plus de 20000£/an et les montants de remboursement sont corrélés au salaire mais toujours avec des montants très faibles (de l’ordre de 50 £ au début par mois).

Il est aussi très facile d’ouvrir un compte en banque.

 SECURITE SOCIALE, MUTUELLE ET FISCALITE

 Jusqu’à l’âge de 20 ans, les étudiants peuvent rester sur le numéro de sécurité sociale de leur parent et donc être couverts. En ce qui concerne la mutuelle, il faut vous rapprocher de votre mutuelle pour avoir plus de précision. Généralement, les enfants sont couverts. Le modèle de remboursement est par contre d’un autre format ; vous aurez un relevé CFE au lieu de Sécurité sociale.

A partir de la majorité de votre enfant, vous pouvez choisir de le garder rattaché ou de le rendre autonome.

Cela dépend généralement du statut de résident en France. Pour être résident en France, il faut rester 6 mois et un jour sur le sol français. Pour la première année, il n’y a généralement pas de problème (septembre à décembre). Pour les autres années, il faut calculer en fonction du nombre de semaine du cursus et voir ce qui est le plus intéressant fiscalement pour le foyer.

Il est toujours possible de s’inscrire à la Caisse des français à l’étranger. Le coût est de 145€/trimestre avec une option possible pour la mutuelle de cette Caisse. Vous pouvez également contacter votre propre mutuelle.

Si vous sortez votre enfant de votre foyer fiscal, il faut vous renseigner pour les abattements quand vous lui donner une pension de scolarité ou alimentaire. On est généralement limité à 5000€/an d’abattement sur votre déclaration.

Attention : la réforme fiscale en cours et les décisions en matière de fiscalité du prochain président de la République pourraient faire évoluer ces conditions…

Au Royaume-Uni, on ne paye pas d’impôt si on gagne environ moins de 11000£ par an. L’étudiant peut très facilement trouver un travail mais plutôt à temps partiel. Un temps plein reste difficilement compatible avec le travail personnel à fournir pour réussir ses études.

 COMMENT CHOISIR ?

 Quand l’élève a choisi un ou plusieurs cursus, il peut être intéressant d’aller sur place profiter des journées portes ouvertes ou visiter sur demande spéciale. En effet, chaque université a un service pour faire visiter ses installations. Il faut contacter « l’admission officer » qui se chargera d’organiser votre visite voire même une rencontre avec un professeur du cursus envisagé par votre enfant.

Il ne faut pas être naïf car toutes les universités ont besoin des étudiants étrangers pour garder leur niveau et surtout leur financement. Il faut savoir que les universités sont éligibles à des fonds européens qui « sponsorisent » les études des étudiants étrangers. Ainsi, L’Impérial College de Londres accueille environ 50% d’étudiants étrangers dans ses cursus…

Pour information, l’université d’Oxford a un projet très avancé d’installation d’une partie de son Campus sur le plateau de Saclay en région parisienne à côté de Centrale et Polytechnique pour rester éligible aux fonds européens. C’est un moyen de contourner les effets du Brexit.

Les universités britanniques conçoivent leur fonctionnement comme un business. Cela leur permet d’être très compétitives en particulier sur la qualité des prestations proposées tant pédagogiques que de vie sociale (très nombreuses associations estudiantines).